Deux actions artistiques pour traiter des problématiques liées à la parentalité.
D’une part, les relations parents/adolescents : difficultés de communication,
incompréhension entre générations, les tensions liées aux devoirs (et pas seulement pour
les ados), l’addiction aux écrans.
D’autre part, les violences intrafamiliales : verbales ou physiques, ces violences
apparaissent au sein de la fratrie, entre parents et enfants (détresse parentale rendant toute
relation quasi impossible, harcèlement moral), au sein du couple .
Nous avons créé autour de ces deux thématiques, deux spectacles interactifs de 30
minutes, composés de saynètes abordant les différents sujets. A la fin de chacune d’entre
elles, les comédiennes s’interrompent ou le public les stoppe dans leur jeu pour s’exprimer,
ouvrir une discussion, un débat à partir du thème développé. Les comédiennes vivent sur
scène la violence émotionnelle parfois si durement expérimentée par le public et ceci
ouvre un possible : le sentiment de pouvoir être compris. Ce tabou des difficultés
intrafamiliales devient alors témoignage commun.

La présence de professionnels de la structure (psychologue, éducateur…), lors de ces
moments, est importante afin d’alimenter le débat, de soutenir les témoignages et
d’apporter les réponses adéquates.
En parallèle de ces moments de spectacles/débats, nous proposons des sessions de
création en théâtre avec des groupes de population (parents, ados, familles) autour des
thèmes qui sont apparus les plus pertinents lors de la soirée spectacle/débat.
Ces séances sont orientées vers des exercices de prise de confiance en soi, des jeux
favorisant l’expression théâtrale et la communication intergénérationnelle, tant verbale que
physique. Tout au long des ateliers, les participants improvisent, disent, écrivent, et ainsi
extériorisent et évacuent des émotions enfouies. L’artiste les accompagne pour mettre en
scène des sketches, des slams, des monologues ou dialogues qui pourront être présentés en
public en fin d’action. L’important pour nous est d’ouvrir la création d’un moment où
déposer, témoigner des ressentis ou vécus souvent difficilement exprimables. En effet le
groupe, par le soutien et la contenance qu’il apporte, donne une plus grande opportunité
d’oser dire, de se sentir entendu.
Nous savons par expérience le bénéfice pour ces publics de pouvoir être à la fois acteurs et
spectateurs, de recevoir et de donner dans la bienveillance, le respect et l’amusement. Le
langage artistique permet de glisser vers un décalage, un recul et parfois un certain humour
face à des situations dramatiques ; se permettre une parenthèse, une bulle ressourçante hors
de la réalité quotidienne .

Magali Munch : comédienne, danseuse, sophrologue
Sylvie Moreaux : comédienne, metteur en scène